homme qui court

Jean-Sébastien Sauvageau – Le drapeau rouge

Jean-Sébastien n’est pas l’archétype du «coach potato», mais de son propre avis, vint un moment dans sa vie où il a fallu qu’il se prenne en main.
Elissa

Elissa Legault – Toujours plus vite

Elissa est tombée dans la course à l’âge de 9 ans. Via le cross-country. « On m’avait proposé de participer à une compétition (2 km), je trouvais ça cool de manquer une journée d’école. L’entraîneur, qui est aussi un ami de ma mère, me voyant peiner pendant les 500 premiers mètres. Il lui a dit que ce n’était pas étonnant, car selon lui, je ne m’étais pas entraînée sérieusement. Comme je suis compétitive, je me suis ressaisie et j’ai terminé troisième ». La glace était brisée.

Marcel Gagnon – Vivre avec passion

Il court depuis qu’il est jeune et a entrepris des défis des plus inusités. Découvrez la vie trépidante de ce grand passionné de la course à pied.

Benjamin Raymond – Transmettre la passion pour la course

Ma mission : donner le goût du sport aux jeunes afin qu’ils développent plus tard de saines habitudes de vie.

Céline Daigle – Célébrer la vie à chaque foulée

« Je me suis ensuite remise à courir, mais comme une débutante. Je n’ai pas couru de marathon depuis, mais je participe à au moins un demi-marathon par année. À chaque course, à chaque foulée, je célèbre la vie. » Découvrez le parcours ponctué de gratitude de Céline Daigle.
, , , , , , ,

Sébastien Roulier- Du cœur et des jambes

En 2018, Sébastien Roulier est devenu le coureur de marathon le plus rapide sur la planète à parcourir les 42,2 km en poussant en fauteuil roulant une personne vivant avec un handicap en un temps de 3h01:01.

Guy Sauvageau – Bougie d’allumage : Terry Fox

Ce chercheur qui court depuis toujours a un souvenir très précis du moment où il a su qu’il allait consacrer sa vie à la lutte contre le cancer. C’était en 1980, lorsqu’il a vu Terry Fox à la télévision.

Anne-Marie Comeau – Quand la course prend le dessus

Anne-Marie Comeau est la première femme à avoir franchi le fil d’arrivée du 21,1 km au Marathon de Montréal en 2018 avec un temps de 1:14:46. Du coup, elle enregistre le meilleur temps pour une Québécoise.